Après Covid-19 : qu’en-est-il des troubles cardiovasculaires ?

Risque-t-on des complications cardiovasculaires des mois après avoir attrapé le Covid ? La question est posée avec insistance dans les milieux médicaux de par le monde. En France, l’Académie de médecine, l’instance censée porter le consensus de la discipline dans l’Hexagone a affirmé cette semaine qu’une surveillance cardiovasculaire clinique “ s’impose chez tous les sujets ayant une infection Covid-19, même bénigne”. C’est dire toute l’étendue de la problématique soulevée.

L’auguste institution, se basant sur des études récentes, souligne que la Covid et les maladies cardiovasculaires entretiennent des “liaisons dangereuses”.

Il est aujourd’hui de notoriété publique que les malades cardiovasculaires présentent des risques plus élevés de développer une forme plus grave de Covid,surtout que le Sars-Cov-2 se fixe sur un « récepteur » –l’enzyme ACE2– particulièrement présent dans les cellules des vaisseaux sanguins. Mais l’inquiétude en ces temps où la pandémie connaît une décrue porte plus sur effets cardiovasculaires chez l’ensemble de la population et leur intervention longtemps après l’infection.

L’académie de médecine en France note que “ jusqu’à présent, les séquelles cardiovasculaires (durables) étaient rapportées uniquement chez des patients hospitalisés, dans de petites séries et avec une durée de suivi brève”.

Par contre, une vaste étude, menée aux Etats-Unis et publiée en février dans la revue Nature, change, selon elle, la donne. L’AFP qui rapporte l’information souligne que ses résultats “ font présager une augmentation significative des maladies cardiovasculaires dans le monde” à la suite de la pandémie de Covid.

Menée auprès de plus de 150.000 vétérans de l’armée américaine, tous atteints du Covid, cette étude mesure la fréquence de troubles cardiovasculaires dans l’année suivant l’infection. Elle la compare à des groupes de vétérans qui n’ont pas été contaminés.

Résultat: « Au-delà des 30 jours qui suivent l’infection, les individus atteints de Covid-19 ont un risque plus élevé de troubles cardiovasculaires », conclut l’étude, citant des infarctus, des inflammations cardiaques ou des AVC.

Ce risque “ existe même chez les individus qui n’ont pas été hospitalisés” à cause du Covid, note-t-elle, même s’il reste nettement moins important chez ces patients-là.

Synthèse : Ali Djaber

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accept Read More