Ce que vous devez savoir sur les vertus du thé vert

Il a sa place dans de nombreuses contrées, pas uniquement en tant que culture mais aussi en raison de ses multiples vertus médicinales. La consommation du thé vert est plusieurs fois millénaire en Chine (depuis près de 5.000 ans) tandis qu’au Japon, cette boisson est entré dans les mœurs il y a 1.500 ans.

Il est primordial de choisir un thé vert de bonne qualité (il en existe plusieurs dans les commerces) pour tirer profit de ses bienfaits. On doit aussi veiller à une préparation optimale en l’infusant 2 minutes tout au plus dans une eau pas trop chaude afin d’éviter l’altération de ses composants, notamment les antioxydants (température comprise entre 50° et 75°).

En plus des vitamines A, C, E, K et de vitamines du groupe B, le thé vert possède une forte teneur en antioxydants grâce à sa richesse en polyphénols dont la catéchine (une tasse de thé vert offre 3,5 fois plus d’antioxydants qu’un verre de jus d’orange pressé). Il constitue donc un précieux atout contre la dégradation et le vieillissement des cellules.

On relève également son pouvoir de réduire les risques de maladies cardio-vasculaires ainsi que l’absorption du cholestérol dans l’intestin, de réduire aussi les pics de glycémie chez les personnes diabétiques.

La littérature scientifique évoque les bienfaits du thé vert sur la santé mentale des personnes âgées, mais aussi sur la stimulation de la mémoire et sur l’amélioration de l’humeur.

Consommer régulièrement du thé vert (deux à trois tasses par jour) permet de stimuler le métabolisme et de ce fait une plus grande élimination des calories, les polyphénols intensifiant l’oxydation des graisses. Cela fait donc de ce breuvage un brûle-graisse et un allié minceur.

Attention toutefois si l’on souffre du syndrome du côlon irritable, d’inflammations intestinales, d’anémie ou d’hémophilie, et en cas de prise de médicaments. L’avis d’un médecin est nécessaire quant à en boire ou pas.

Sa consommation est à éviter chez la femme enceinte en raison de la présence de caféine, celle-ci pouvant s’infiltrer dans le placenta. Il y a là un risque d’être confronté à un problème de croissance, de naissance prématurée et de fausse couche. Il en est de même pendant la période d’allaitement.
Rachida Merkouche

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :