Le Syndrome Du Cœur Brisé ou de Takotsubo : Une maladie négligée

Contribution du Professeur Mohamed Nadjib Bouayed

 

Le syndrome du «cœur brisé» n’est pas une métaphore d’un chagrin d’amour. C’est une réelle maladie cardiaque, une cardiomyopathie le plus souvent bénigne mais fréquemment négligée. J’en parle car durant cette pandémie du COVID 19, j’ai reçu en consultation quelques malades, le plus souvent des femmes, qui se plaignaient de douleurs à la poitrine et d’essoufflements ,pensant qu‘elles avaient une embolie pulmonaire puisque cette dernière est une complication fréquente du COVID grave.

Un interrogatoire poussé et suggestif et un certain nombre d’examens complémentaires ont permis d’exclure une affection thrombogène comme celle du COVID. Il a été, alors, suspecté un syndrome du cœur brisé appelé syndrome de takotsubo (piège à poulpe en japonais).

Quelle est l’épidémiologie du syndrome du cœur brisé ?

Le takotsubo a été décrit pour la première fois par un médecin japonais en 1991. Cette maladie est rare,survenant chez une personne sur 36000 . 1500 cas sont recensés en France chaque année.

Le nombre de cas a été multiplié par 5 lors de cette pandémie du COVID 19,affection très anxiogène par le confinement qu’elle a imposé.

Letakotsubo touche 9 femmes pour 1 homme. La femme âgée de plus de 50 ans est le plus souvent atteinte mais le takotsubo peut survenir chez les hommes et les jeunes personnes. Cette maladie est dans l’immense majorité des cas réversible mais il y a un risque de mortalité, estimé à 3%.

Quels sont les mécanismes anatomo-physiopatologiques du takotsubo ?

Le stress et les émotions sont gérés par le cerveau. Quand ces derniers sont très forts,le cerveau stimule une libération excessive d’hormones, les catécholamines comme l’adrénaline , qui vont se fixer sur les petits vaisseaux et le muscle du cœur qui va, alors, se paralysé, être pris de sidération, se « briser ». La pointe et les parois du cœur cessent de se contracter et le cœur se ballonne prenant l’aspect d’un vase à 2 anses, une amphore, d’où le terme « piège à poulpe » ou takotsubo.

Cet aspect est retrouvé à l’IRM cardiaque.Dans la plupart des cas, le cœur reprend sa forme et sa fonction normales au bout de quelques jours ou semaines.

Quels sont les facteurs de risque du syndrome du cœur brisé ?

-la ménopause est le facteur de risque présent chez 80% des femmes atteintes par cette pathologie .La ménopause favorise l’arrêt de la production d’oestrogènes,hormones protectrices contre les effets néfastes des stress.
-la dépression et l’anxiété
-des facteurs génétiques
-un antécédent d’accident vasculaire cérébral
-les troubles psychiques engendrés par la grande anxiété générée par le COVID 19.

Quels sont les facteurs déclenchants le «takatsubo» ?

Dans 90% des cas ,cette maladie est déclenché par une émotion extrême :
-stress psychologique ou physique intense et une fatigue très forte
-choc émotionnel négatif : décès d’un être cher,divorce, rupture, perte brutale d’un emploi, grosse perte d’argent, incendie, choc lié à une catastrophe naturelle (inondation,tremblement de terre),etc …
-choc émotionnel positif : demande en mariage, fête, réussite à un examen important, naissance d’un enfant précieux, etc…

Quels sont les symptômes d’un Takotsubo ?

Ils peuvent simuler une crise cardiaque ou un infarctus du myocarde. Il apparait, brutalement, après un choc émotionnel ou un stress aigu,le plus souvent chez une femme,souvent ménopausée mais pas toujours, un cortège de symptômes fait principalement :
-d’une forte douleur thoracique
-d’une dyspnée :respiration difficile ou essoufflement
-d’un choc vagal voire d’une syncope

L’électrocardiogramme et la coronarographie sont normaux.Seul l’IRM cardiaque faite durant les premiers jours peut poser le diagnostic de certitude en montrant l’aspect du cœur ressemblant à une amphore.

Ces symptômes disparaissent le plus souvent assez rapidement. Très rarement, le « takotsubo » conduit au décès.

Quel est le traitement du syndrome du cœur brisé ?

La prescription d’un bêta bloquant associé à un inhibiteur de l’enzyme de conversion permettent la réversibilité des anomalies cardiaques au bout de quelques jours ou quelques semaines.

Une surveillance est indispensable. La survenue de troubles du rythme cardiaque impose l’anticoagulation afin de prévenir les embolies cruoriques pouvant être à l’origine d’un AVC.

Un médicament anticancéreux est actuellement testé afin de minimiser les séquelles cardiaques de cette affection. Il s’agit du Zolinca administré pour les lymphomes cutanées.

La réadaptation cardiaque et la gestion du stress (méditation, musicothérapie, activité physique etc..) sont fondamentales dans le but d’éviter les récidives qui sont de l’ordre de 5% dans les 3 ans.

Que Conclure ?

Le syndrome du cœur brisé est une véritable cardiopathie.Elle doit faire l’objet d’une grande attention.Sa prise en charge médicale est urgente.Son traitement sera complet et adapté afin de prévenir certaines complications qui peuvent être graves.

Le Professeur Mohamed Nadjib Bouayed, spécialiste en chirurgie vasculaire et endovasculaire,médecine vasculaire et échodoppler.
-Ancien Chef de service de chirurgie vasculaire Etablissement Hospitalo-
Universitaire Oran Algérie
-Membre de l’Académie Française de Chirurgie
-Président de l’Association de Chirurgie Vasculaire d’Oran (ACVO)

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :