L’ultrason pour détecter la maladie du foie gras

770

Des progrès techniques s’enregistrent de plus en plus dans le domaine de l’équipement médical. Cette fois-ci, le pas technologique est noté dans le registre du diagnostic de la maladie du foie gras.

Des dispositifs non invasifs qui mesurent la rigidité du foie pourraient remplacer les biopsies pour déceler les patients obèses à risque de développer une stéatose hépatique non alcoolique, une forme de cirrhose qui peut être léthale.

La maladie du foie gras, nommée stéatose hépatique non alcoolique ou NASH pour ces sigles en anglais), peut aboutir à une cirrhose ou à un cancer du foie. Et elle devient de plus en plus fréquente à cause de la montée en flèche de l’obésité dans le monde.

“Pour le moment, la méthode la plus fiable pour déceler ces foies trop gras est la biopsie de l’organe, mais des dispositifs non invasifs pourraient éviter cette intervention dans le futur proche.

Ces appareils, dont il existe une poignée de références, utilisent des ultrasons pour évaluer la rigidité du foie et ainsi estimer le niveau de fibroses et stéatose (excès de gras) dans cet organe, révélateur de son état” , note un article de Science et avenir, spécialisé dans le suivi des innovations technologiques.

Selon une étude , ces appareils à ultrasons sont presque aussi précis que la biopsie pour détecter ces foies gras, même chez des personnes avec obésité morbide (IMC supérieur à 40 kg/m2).

L’ alimentation trop grasse ou trop sucrée entraîne l’accumulation de graisses à l’intérieur des hépatocytes qui composent le foie (stéatose). Ceux-ci grossissent et se déforment, pouvant mener à leur destruction. Cette mort cellulaire entraîne un processus de cicatrisation qui génère une accumulation de tissu fibreux dans le foie. Cette fibrose va ensuite rigidifier le foie, ce qui est détectable en analysant la vitesse à laquelle des ondes se propagent dans ce tissu : plus il est rigide, plus il y a de fibrose et donc plus les ondes se propagent rapidement. (La rigidification du foie est le signe de la destruction des cellules, laquelle empêche le bon fonctionnement de l’organe).

Les chercheurs de l’université de Vienne (Autriche) ont testé  ces nouveaux dispositifs chez 170 patients obèses avec un indice de masse corporelle (IMC) moyen de 44,4 kg/m2. Ces résultats étaient ensuite confirmés par des biopsies.

L’appareil à ultrasons est parvenu à prédire la rigidité du foie, et donc son niveau de fibrose et de stéatose, chez 90 % des sujets, mais ses prédictions devenaient imprécises chez ceux avec des IMC supérieures à 44,4 kg/m(l’obésité est à partir de 30, l’obésité morbide commence à 40.) Chez ceux avec des poids plus bas que cet IMC, la prédiction de stéatose hépatique non alcoolique (NASH) avait environ 83 % de précision.

Si la biopsie est  connue pour être une intervention chirurgicale qui, comme toute chirurgie, entraîne des risques d’infection et d’hémorragie, les dispositifs à ultrasons sont, en revanche, aussi peu invasifs que les échographies pour les femmes enceintes : des ultrasons émis sur la surface de la peau permettent d’étudier l’intérieur du foie. Une technique donc plus sûre et facile que la biopsie.

Cette étude montre que l’emploi de ces dispositifs à ultrasons, d’ores et déjà commercialisés et employés par les professionnels, pourrait faciliter le diagnostic de stéatose hépatique non alcoolique.

D’autres évaluations sont nécessaires pour confirmer la précision de détection du foie gras chez les personnes avec des IMC très élevés, précisément ceux au plus grand risque de cirrhose ou cancer du foie.

Tinhinane B.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More