L’Alzheimer : Des chercheurs approfondissent les connaissances de cette maladie

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui touche les personnes de plus de 65 ans. 15% des personnes âgées de plus 85 ans sont atteints dans certains pays. Lorsqu’une personne est atteinte d’Alzheimer, ses cellules nerveuses dégénèrent lentement entraînant plusieurs symptômes d’apparition progressive. Toutefois le symptôme le plus connu de la maladie est la perte de mémoire.

Ce qui est problématique avec cette maladie est que la connaissance de ses symptômes est très parcellaire. Souvent, lorsqu’une personne touchée par l’Alzheimer est diagnostiquée, la maladie est déjà arrivée à un stade avancé.

Consacrant une étude à cette problématique, une équipe française a publié les résultats de ladite étude portant sur 80.000 patients dans la prestigieuse revue The Lancet. La moitié d’entre eux a développé une maladie d’Alzheimer tandis que l’autre moitié constitue un groupe témoin et n’a jamais développé de maladie neurodégénérative sur la période étudiée.

Lors de cette étude, le lien entre l’apparition de la maladie et 123 facteurs de santé grâce à des analyses statistiques , a été passé au crible. Les résultats montrent une corrélation entre une liste de 10 pathologies et la survenue d’une maladie d’Alzheimer dans les 15 ans. La première de ces pathologies est la dépression, suivie par l’anxiété, l’exposition à un stress important, la perte d’audition, la constipation, la spondylarthrose cervicale, les pertes de mémoire, la fatigue, les chutes et les pertes de poids soudaines.

Si certaines de ces pathologies étaient déjà connues pour prédisposer les patients au développement de la maladie d’Alzheimer comme la dépression ou la perte d’audition, d’autres comme la spondylarthrose cervicale ou la constipation, l’ont été beaucoup moins.

Néanmoins, les auteurs précisent que leur étude ne met en évidence que des liens statistiques, qui ne constituent pas des preuves de cause à effet. Une étude approfondie des mécanismes sous-jacents demeure nécessaire, selon leurs explications.

Prochainement, les auteurs vont étendre leurs analyses à un nombre plus important de dossiers (26 millions !) et à d’autres pathologies dégénératives comme la maladie de Parkinson, la maladie de Charcot ou la sclérose en plaques.

Synthèse : Meriem Azoune

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accept Read More