Faculté de pharmacie d’Alger : Vers la réalisation du projet révolutionnaire « Usine- Ecole »

A l’occasion du 1er anniversaire de la création de la faculté de pharmacie, célébré ce samedi, le vice-doyen de la faculté et néanmoins président de la fédération Algérienne des Pharmaciens, Abdelhakim Boudis, a révélé le projet élaboré par la fac sous  le nom de « usine- école ».

Le projet consiste , selon les explications fournies par le vice-doyen ,  en une « unité pédagogique et économique modulaire, et qui sera une valeur ajoutée dans la formation et la promotion de l’industrie pharmaceutique, qui a prouvé sa présence à l’échelle nationale et contribué à couvrir la part des Besoins nationaux concrets »

Le projet inspiré en partie des expériences faites dans plusieurs facultés européennes, est une expérience nouvelle et unique en son genre dans notre pays. Il contribuera au développement de la formation et de la recherche scientifique, en plus de la promotion de l’industrie pharmaceutique.

Ce concept sera également introduit dans la loi réglementant la création de société à caractère scientifique et technologique.  Les concepteurs du projet élaboreront un guide dédié.

Une fois validé par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le projet portant sur 12 volets, sera une filière à part entière au niveau de la faculté.

Le projet «  usine- école » sera réalisé sur une surface de 2228 m2, au niveau de la faculté de pharmacie à Ben Aknoun. 5 formes  de médicaments , entre forme sèche, injectable et pommade, seront produites par cette unité  , deux ans après  l’approbation du projet. 18 cadres nationaux dont 8 professeurs de plusieurs disciplines, 5  techniciens  laborantins, 5 cadres chargé d’exécutions, s’occuperont de la bonne marche de cette unité.

Cette « usine-école » produira également un guide en matière d’orientation et de technologie. Elle résoudra certains problèmes liés à la production de médicaments, outre l’augmentation de la capacité de production grâce à la mise à niveau de la Recherche scientifique. Elle fera également des propositions  de nouveaux types de médicaments dans ce cadre.

Concernant le financement du projet, le même responsable a confirmé qu’il est « garanti dans le cadre du contrat avec les laboratoires pharmaceutiques, les partenaires sociaux et économiques et les contributions de certains secteurs ministériels et universitaires concernés ».

Lydia S.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accept Read More