Cancer et phytothérapie : Certaines plantes pourraient altérer le traitement

593

Depuis des millénaires, l’homme utilise les plantes pour soigner divers maux, cependant, la phytothérapie peut, dans certains cas, présenter des contre-indications qui peuvent s’avérer graves.
Concernant les malades atteints de cancer, nombreux sont ceux qui recourent aux plantes pour renforcer leur immunité, stimuler l’appétit ou encore diminuer les nausées…etc. C’est le cas notamment du desmodium, une plante originaire d’Afrique de l’Ouest, qui protège le foie et soulage les nausées ou encore de l’échinacée, une plante immuno-stimulante…etc
Toutefois, certaines plantes qui, en temps normal, sont bénéfiques, peuvent s’avérer dangereuses, notamment lorsque les malades sont sous chimiothérapie ou radiothérapie car elles peuvent altérer le traitement, augmenter leur toxicité ou même stimuler la tumeur et cela a démontré par diverses études.
Parmi ces plantes, figure le soja. Habituellement utilisée pour l’amélioration du bilan lipidique et donc pour une meilleure santé cardiovasculaire ou encore pour protéger le capital osseux, le soja peut chez les personnes souffrant d’un cancer hormono-dépendant, s’avérer dangereux car contenant des phyto-œstrogènes. Même si la question est encore sujet à controverse, certains spécialistes conseillent aux malades ayant un cancer du sein, des ovaires, de l’utérus ou de la prostate d’éviter la consommation de soja car la composition de cette graine peut booster la tumeur. Idem pour la sauge qui, dans le cas de cancer hormono-dépendant du sein peut avoir les mêmes effets négatifs.
C’est également le cas du ginkgo biloba. Cette plante utilisée en phytothérapie depuis les années 1950 pour, notamment, les problèmes de circulation sanguine, fait aujourd’hui encore l’objet de nombreuses études scientifiques car ses bénéfices et ses méfaits ne sont pas tous connus. Néanmoins et dans le cas du cancer, on pense que cette plante peut causer des problèmes hémorragiques et augmenter la toxicité de certains traitements contre le cancer donc à éviter chez les malades cancéreux.
Lui aussi utilisé par les patients atteints de cancer en raison des effets qu’il aurait contre la maladie, le thé vert figure pourtant parmi les boissons déconseillées chez les personnes cancéreuses et sous traitement. En effet, selon la Fondation belge contre le cancer, le thé vert pourrait, à cause de son effet antioxydant « réduire l’action de certains traitements classiques basés sur un effet oxydant (…) Le thé vert pourrait augmenter la toxicité de certains traitements et influencer l’effet de certaines chimiothérapies ».
D’autres plantes, légumes ou fruits auraient les mêmes effets négatifs que ceux cités plus haut, en l’occurrence l’ail, la valériane, le ginseng,…
Donc avant tout recours à la phytothérapie, à fortiori en cas de prise de traitement médical, il est impératif de demander conseil à son médecin.

Hassina Amrouni

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More