La Sud Africaine qui a détecté Omicron raconte sa rencontre avec ce variant

Le Dr Angelique Coetzee, présidente de l’Association médicale sud-africaine, qui a été le premier à alerter les autorités sud-africaines de l’existence possible d’un nouveau variant du coronavirus, a apporté des précisions de taille sur ce variant baptisé plus tard Omicron.

Interviewée par le présentateur de la BBC Andrew Marr, en liaison avec Pretoria, le médecin Sud Africain a déclaré que, jusqu’à présent, les patients infectés par le nouveau variant omicron du coronavirus responsable du Covid présentaient des symptômes très légers.

« Ce que nous voyons maintenant en Afrique du Sud, et rappelez-vous que je suis à l’épicentre, est extrêmement doux », dit-elle.

Si Dr Coetzee a été le premier à donner l’alerte, des tests de laboratoire ont confirmé qu’elle avait raison et l’OMS a déclaré qu’il s’agissait d’un variant préoccupant.

Le médecin a expliqué que tout a commencé le 18 novembre, avec un patient d’une trentaine d’années qui disait se sentir fatigué et avoir des courbatures depuis plusieurs jours.

« Il avait un peu mal à la tête, il n’avait pas vraiment mal à la gorge, il l’a décrit plutôt comme une démangeaison, pas de toux, pas de perte du goût ou de l’odorat ».

Coetzee a trouvé ces symptômes inhabituels et a décidé de faire un test rapide dans son cabinet.

Le patient et les autres membres de sa famille ont été testés positifs au Covid. Comme l’a expliqué le médecin, ils avaient tous des symptômes « très, très légers ».

D’autres patients présentant des symptômes similaires se sont présentés tout au long de la journée. Mme Coetzee a décidé d’alerter le comité consultatif sur les vaccins du ministère de la santé, car elle en fait elle-même partie. « Il est facile pour moi de dire : « écoutez, quelque chose ne va pas aujourd’hui, j’ai vu une image qui ne correspond pas au variant delta »” , déclare-t-elle.

Questionnée sur les pays tels que le Royaume-Uni, les États-Unis , qui ont décidé de restreindre les voyages en provenance d’Afrique du Sud, s’ils étaient en panique, elle répond : « À l’heure actuelle, oui, certainement. Peut-être que dans deux semaines, nous dirons quelque chose de différent. »

Madame Coetzee estime que le variant Omicron circule probablement déjà dans les pays qui adoptent des restrictions de voyage.

« Leurs médecins peuvent se concentrer sur la variante Delta et le négliger, car il est facile à négliger. Si nous n’avions pas vu, en Afrique du Sud, aucun cas de Covid au cours des dernières semaines, nous l’aurions également manqué

Rappelons que le variant omicron a été signalé par les autorités sud-africaines à l’Organisation mondiale de la santé mercredi et déclaré variant préoccupant par l’organisme international vendredi.

Les premiers rapports semblent montrer qu’il présente une transmissibilité et un risque de réinfection plus élevés que les autres variantes connues du coronavirus en raison de son grand nombre de mutations, mais les scientifiques précisent que des informations supplémentaires sont nécessaires pour parvenir à une conclusion définitive.

Synthèse Nouhad Ourebzani

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accept Read More