Pr Djoumoua Bendjazia : le service de radiothérapie du CHU Constantine souffre de pannes d’accélérateurs et de manque cruel de physiciens médicaux

Constantine enregistre annuellement entre 1000 et 1500 nouveaux cas de cancer, sur les 50 000 nouveaux cas enregistrés à l’échelle nationale.

Le chiffre est communiqué, ce jeudi 24 mars 2022, par le professeur Aicha Joumoua Bendjazia sur les ondes de Radio Constantine.

La spécialiste qui occupe le poste de chef du service de radiothérapie pour les patients atteints de cancer au CHU Ibn Badis, souligne que le cancer du sein, du côlon, du rectum puis de la glande thyroïde sont les cancers le plus fréquents chez la femme. Tandis que chez l’homme, les cancers du poumon, du rectum, du côlon et de la prostate sont les lésions les plus enregistrées.

Pr Djoumoua Bendjazia explique, en partie, ce nombre élevé de nouveaux cancéreux par le changement du régime alimentaire devenu malsain.

En plus de cette cause principale, d’autres facteurs sont mentionnés par la radiothérapeute à l’instar de la pollution de l’environnement causée par les déchets des voitures et des usines, la pollution des eaux de vallée, des égouts servant à l’irrigation, et des produits chimiques et pesticides homologués en agriculture.

« Le facteur génétique, notamment dans le cancer du sein, représente 10% à 15% des causes d’infection», indique Pr Djoumoua Bendjazia qui n’omet pas de mentionner aussi que le cancer du côlon et du rectum étant une maladie génétique, un suivi doit être fait en cas d’antécédents familiaux enregistrés afin d’éviter le cancer.

Comme conseil médical, la spécialiste fait savoir que la prise en charge d’une patiente atteinte d’un cancer commence par la détection en cas de grosseur au sein, de saignement continu, de toux persistante et de la persistance des symptômes sur une longue durée.

« Il est nécessaire d’aller chez le médecin généraliste comme un premier pas très important afin de l’orienter vers des spécialistes et des laboratoires d’autopsie pour vérifier le diagnostic et s’assurer s’il s’agit d’un cancer ou non », préconise l’invitée de Radio Constantine.

« Vient ensuite l’étape de diriger le patient vers l’hôpital pour le prendre en suivi selon ce que voient les médecins et spécialistes, afin de déterminer la méthode et le plan de traitement en fonction de chaque situation et du degré d’évolution de la tumeur. »

Selon la spécialiste, la radiothérapie est l’un des traitements de base dans le monde du cancer. « Environ la moitié des personnes atteintes de cancer sont traitées par rayonnement, et certaines d’entre elles ne sont traitées que pour cela»,dit-elle.

Les objectifs principaux de la radiothérapie, sont la réduction de la taille de la tumeur et certains symptômes des stades avancés du cancer, ainsi que l’élimination des cellules cancéreuses restantes après l’option de la chirurgie.
♦️
Le service de radiothérapie de Constantine s’est renouvelé, depuis 2012, à travers l’acquisition d’un grand accélérateur et 2 petits accélérateurs pour recevoir entre 1500 et 1600 patients atteints de cancer annuellement.

Toutefois, Pr Djoumoua Bendjazia se désole qu’au fil du temps, les pannes sont devenues fréquentes, ce qui a affecté le calendrier des rendez-vous fournis au patient et allonge la période de récupération.

Elle précise que des demandes de nouvelles acquisitions ont été déposées au Ministère de la Santé, et des promesses ont été données, de leur fournir de nouveaux accélérateurs, et des subventions du Fonds National de Lutte contre le Cancer pour l’achat et l’acquisition d’appareils et d’équipements modernes.

Les pannes répétées affectent négativement la prise en charge quotidienne du patient et réduit le nombre de patients pris en charge par le service qu’elle dirige de 130 patients à environ 80 à 100 patients en estimation maximum. Tandis que le nombre de patients se présentant au service de radiologie de Constantine ne cesse d’augmenter.

À titre indicatif, la professeure précise que, de janvier à mars 2022, 120 patients ont été pris en charge, et 90 cas sont actuellement sous traitement. Alors que 300 patients restent sur la liste d’attente.

La radiothérapeute mentionne qu’en cas de détection précoce, le taux de guérison par radiothérapie peut atteindre 100% et le patient peut vivre avec la maladie. Alors que la détection tardive complique le traitement.

Elle rappelle que le médecin spécialiste détermine le plan de traitement, la dose, la taille et la fréquence appropriées du faisceau de rayonnement, puis prépare un modèle à partir duquel les sites de guidage du faisceau de rayonnement sont déterminés. Le patient est soumis à des tomodensitogrammes ou à des rayons X pour déterminer l’étendue complète de la tumeur et pour déterminer les emplacements du foyer de rayonnement.

La radiothérapie se fait par des appareils qui émettent des radiations vers le lieu de la tumeur tout en évitant les tissus et organes voisins grâce à des techniques avancées basées sur des scanners spéciaux et en coordination avec le physicien médical et des équipes médicales qualifiées.

Pr Djoumoua Bendjazia fait savoir que le Service de Radiothérapie de Constantine comprend une équipe humaine de 18 médecins, ce qui est un nombre suffisant, en plus de 6 physiciens, ce qui est un nombre insuffisant, puisqu’il est censé fournir de 3 à 4 physiciens pour chaque accélérateur.

« La migration des médecins et spécialistes et le passage au secteur privé est l’une des raisons les plus importantes de cette pénurie » , explique-t-elle, avant de rappeler que des demandes ont été soumises à la tutelle pour soutenir et renforcer l’intérêt auprès des physiciens.

En ce qui concerne les techniciens, le département dispose d’un nombre suffisant qui ont été bien formés et entraînés.

Le projet d’élargissement du service de radiothérapie de Constantine est lancé depuis 2006, mais malheureusement les travaux ne sont pas terminés et sont en attente depuis un moment. « L’expansion est d’une grande importance compte tenu de la situation mauvaise que connaît actuellement le service , et qui affecte négativement le patient, le médecin et le technicien.

« Le nouveau projet comprend un service de chirurgie du cancer, un service d’anatomie, et nous, en tant que personnel médical, attendons avec impatience l’achèvement du bâtiment.», dit Pr Djoumoua Bendjazia.

Ali Djaber

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accept Read More