Un jour, une vitamine : La vitamine A, essentielle à la vue et à l’immunité

Les vitamines sont indispensables au maintien de l’équilibre vital de l’organisme humain. N’étant pas synthétisées par ce dernier ou seulement à très faibles doses, il faut aller les chercher ailleurs, principalement dans la nourriture.
Il existe treize vitamines, certaines liposolubles, stockées par l’organisme et solubles dans les graisses (A, D, E et K) et d’autres hydrosolubles, qui ne le sont pas et qui sont solubles dans l’eau.
Chaque vitamine a sa spécificité et nos besoins quotidiens pour chacune d’entre-elles diffèrent d’une personne à une autre.
Dans « Un jour, une vitamine », nous nous intéresserons aux 13 vitamines, en mettant en évidence le rôle de chacune d’entre-elles, ainsi que les aliments privilégier pour éviter les carences ou encore les risques encourus en cas de déficit.
Découverte en 1913 par les chercheurs américains Elmer McCollum et Marguerite Davis, la vitamine A, ou rétinol, est une vitamine liposoluble indispensable à la santé visuelle car intervenant dans le déclenchement de l’influx nerveux vers les nerfs optiques mais pas que. Cette vitamine joue également un rôle essentiel dans la croissance, en agissant sur la différentiation et le renouvellement cellulaire, de même qu’elle contribue au fonctionnement du système immunitaire.
Une large part de la vitamine A, ingérée quotidiennement, reste stockée dans le foie pendant 1 à 2 ans, de telle sorte à répondre aux besoins de l’organisme. A ce titre, il faut savoir que nos besoins en vitamine A varient et se situent entre 400 µg (pour un enfant de 1 à 3 ans) et 950 µg, le maximum (pour une femme enceinte). Il est important de se limiter aux apports recommandés car, au-delà des doses nécessaires, la vitamine A peut devenir toxique.
Les aliments riches en vitamine A, à l’état naturel (rétinol) sont exclusivement d’origine animale. On en trouve notamment dans les huiles de foie de morue, le foie cuit, le beurre, la margarine, le lait, le jaune d’œuf, le fromage (parmesan, gruyère…).
De nombreux fruits et légumes sont également riches en vitamine A. Celle-ci se trouvant sous forme de Pro-vitamine A ou bêta-carotène est ensuite transformée en rétinol par l’organisme (au niveau intestinal). Parmi les végétaux riches en bêta-carotène, la patate douce cuite trône en haut de la liste, viennent ensuite la carotte crue ou cuite, le potiron cuit, la laitue, le poivron rouge cuit, la tomate rouge crue, l’épinard, le melon, l’abricot frais ou sec, le persil, le pissenlit, le thym,…
Il faut savoir qu’une carence en vitamine A est lourde de conséquences notamment pour la vue puisqu’elle peut entraîner des troubles de la vision allant de l’altération de la cornée à une cécité totale. Une carence en vitamine A peut également susciter divers problèmes (capillaires, respiratoires ou digestifs), en raison d’un renouvellement altéré des cellules ou encore une diminution des défenses immunitaires. Par contre, et même si c’est très rare, un excès de vitamine A peut causer des troubles digestifs (diarrhées, nausées…) ou encore une hépatomégalie (gros foie), des troubles cutanés (démangeaisons ou irritations) et, chez la femme enceinte, des malformations fœtales.

Hassina Amrouni

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accept Read More