Un plan national de lutte contre les hépatites

L’Algérie a célébré, hier jeudi, la journée mondiale de lutte contre l’hépatite. À cette occasion, le ministre de la santé, Pr Abderrahmane Benbouzid, a prononcé une allocution, en présence de représentants d’organisations internationales, des cadres du ministère et des représentants de plusieurs associations de la société civile, où il a expliqué que la lutte contre les hépatites virales est un véritable problème de santé à travers le monde.“ Malgré les progrès scientifiques, la prévention et le contrôle de ces maladies restent un véritable défi pour nos systèmes de santé, alors que l’Organisation mondiale de la santé appelle à un engagement renouvelé et lance un appel à partenaires et les États membres à soutenir et intensifier tous les efforts pour mettre en œuvre la nouvelle stratégie mondiale de lutte contre les hépatites virales, 2022-2030, afin d’atteindre l’objectif ultime d’éliminer l’hépatite en tant que problème de santé publique, d’ici 2030”, dit-il.

Le ministre a également souligné la période de pandémie de COVID-19 a vu le nombre de cas signalés divisé par deux en 2020 et 2021 par rapport à 2019, et pour ces raisons, la lutte contre l’hépatite reste une priorité nationale.

Le professeur Abderrahmane Benbouzid a souligné qu’une stratégie nationale de lutte contre les hépatites a été élaborée. Elle associe tous les acteurs, notamment la société civile, et repose principalement sur la prévention, l’examen, la prise en charge, l’information stratégique, la communication avec les patients et la recherche opérationnelle.

Dans le même contexte, le Ministre de la Santé a précisé que dans le domaine de la prévention, le travail des autorités sanitaires en Algérie consiste à intensifier les réalisations, telles que la vaccination contre l’hépatite B, obligatoire dans le calendrier vaccinal des enfants depuis 2003, Offrir la vaccination gratuite contre l’hépatite B aux étudiants futurs professionnels de santé, depuis 2013, Améliorer la détection des hépatites B et C dans les centres d’examen, Garantir la sécurité des transfusions sanguines grâce à la mise en place d’un vaste programme reposant notamment sur le contrôle systématique et obligatoire de tous les dons de sang, améliorer les procédures d’hygiène dans les établissements de santé en appliquant les précautions standard internationales dans les établissements de soins conformément aux directives nationales publiées en 2013 et 2021, Intensifier les campagnes de sensibilisation auprès de toutes les couches de la population, avec la participation de divers secteurs (jeunesse, enseignement supérieur, affaires religieuses, éducation civique, …) et de la société civile.

Le ministre a révélé que ces campagnes médiatiques et de sensibilisation s’inscrivaient dans la feuille de route de la stratégie nationale, en cohérence avec la stratégie mondiale d’élimination des hépatites en tant que menace pour la santé publique, d’ici 2030.

Le professeur Abderrahmane Benbouzid a ajouté qu’en ce qui concerne le domaine du traitement, des soins et de l’accompagnement, les efforts se déclinent comme suit :
– Renforcement de la prise en charge des hépatites virales par la mise à disposition de moyens humains et matériels au niveau national,

– Élaboration de preuves de soins médicaux,

– Décentralisation de la prise en charge des hépatites B et C,

– Développement de l’éducation thérapeutique des patients grâce à l’implication active de la société civile.

Le ministre de la Santé a également confirmé que toutes ces mesures sont mises en œuvre dans le but d’assurer l’accès à la prévention, aux examens, aux soins et aux traitements comme un droit confirmé par des instructions et directives ministérielles.

Le ministre de la Santé a tenu à souligner que la vigilance s’impose, plus que jamais, et a appelé l’ensemble de la communauté à se mobiliser davantage pour intensifier les efforts en vue d’atteindre les objectifs fixés.

Le ministre a également encouragé tout travail de recherche pouvant bénéficier à la prévention et au contrôle des hépatites virales.

Il est important de noter que l’hépatite est considérée comme une priorité des problèmes de santé publique à l’échelle mondiale.  Cette maladie touche plus de 300 millions de personnes dans le monde. Plus de 240 millions d’infections surviennent par le virus B et plus de 100 millions sont de type C.

Les spécialistes indiquent que le principal problème de ces maladies est qu’elles se transforment en cancer du foie en l’absence de traitement.

Pour le moment ou il existe un plan mondial de lutte contre l’hépatite qui s’étend de l’année en cours 2022 à 2030 pour éliminer cette épidémie et contrôler les nouvelles infections et le nombre de décès.

L’objectif de ce dispositif est de réduire le nombre de décès de 65% et le nombre d, atteintes jusqu’à 90% au cours de l’année 2030.

En Algérie, la vaccination des nourrissons contre l’hépatite B est obligatoire depuis 2003. Le pays dispose  de 45 centres pour prendre en charge les malades souffrant d’hépatite
Autre chose rassurante, notre pays dispose de médicaments pour cette maladie et fabriqués localement.
la prévention et le diagnostic précoce pour éviter le cancer.

Il est bon de savoir que les voies d’infection pour le type B se font par le sang en décomposition. Les voies d’infection pour le type C passent par les relations sexuelles.

Ali Djaber

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accept Read More