Greffé d’un cœur de porc en janvier dernier : Le patient est décédé hier

La nouvelle avait été présentée comme une première médicale révolutionnaire. David Bennett, le premier patient au monde à avoir reçu une greffe de cœur d’un porc génétiquement modifié n’a finalement pas survécu à cet acte médical puisque le patient âgé de 57 ans est décédé hier, mercredi, à l’hôpital de l’université du Maryland, deux mois après sa greffe.

Opéré le 7 janvier dernier, David Bennet semblait bien supporter cette greffe.

Selon l’hôpital où il était pris en charge « le cœur a très bien fonctionné durant plusieurs semaines, sans aucun signe de rejet (…) Après l’opération, le patient a pu passer du temps avec sa famille et participer à des activités de physiothérapie pour l’aider à reprendre des forces ». Tout cela avait suscité beaucoup d’espoir au sein de la communauté scientifique qui y voyait déjà un prélude pour remédier aux pénuries de dons d’organes.

Malheureusement, l’état du patient a commencé à se détériorer et « lorsqu’il est devenu clair qu’il ne se remettrait pas, des soins palliatifs lui ont été prodigués » a fait savoir l’hôpital de l’université du Maryland dans un communiqué.

Selon Muhammad Mohiuddin, directeur scientifique du programme de xénotransplantations de l’hôpital du Maryland, malgré ce triste décès « des informations de grande valeur ont été obtenues et nous avons appris qu’un cœur de porc génétiquement modifié pouvait correctement fonctionner à l’intérieur d’un corps humain lorsque le système immunitaire est correctement maîtrisé ».

Si la cause exacte de la mort deDavid Bennet n’a pas encore identifiée, Muhammad Mohiuddin a, néanmoins, fait savoir que le patient « subissait des épisodes infectieux fréquents du fait de son système immunitaire affaibli. Sans cette greffe, David Bennett était condamné ».

L’équipe scientifique a assuré continuer son travail lors de futurs essais cliniques, l’espoir demeure.

Synthèse Hassina Amrouni

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accept Read More