Journée mondiale de la population : Benbouzid plaide pour une approche de résilience démographique

Le ministre de la santé, Pr Abderrahmane Benbouzid, a ouvert ce mercredi 27 juillet, les travaux de la Journée mondiale de la population, qui attire chaque année l’attention des décideurs et du grand public sur l’importance des questions démographiques dans les stratégies et programmes de développement.

Le ministre a exprimé, lors de son allocution de circonstance, son vœu de voir en cette journée d’information et de sensibilisation, organisée avec le soutien du bureau Algérie du Fond des Nations unies pour la Population, “ un moment d’échange et de réflexion qui contribuera  à unifier notre vision et conduire à des recommandations plus pratiques qui doivent être mises en œuvre au niveau de la population et pour le développement, en tenant compte des caractéristiques nationales” .

Le professeur Benbouzid n’a pas omis de rappeler que depuis plus de 20 ans, l’Algérie célèbre chaque année la Journée mondiale de la population. “ Cette année, la journée est consacrée à la résilience démographique, c’est-à-dire à la capacité d’anticiper les changements démographiques, de comprendre leurs effets et d’élaborer des réponses politiques fondées sur des données probantes et conformes aux droits de l’homme”, souligne le ministre.  “ Par conséquent, la résilience démographique nous oblige à aller au-delà des approches étroites et rapides qui se concentrent sur la population, qui conduisent souvent à des mesures pour augmenter ou diminuer sa croissance, et aller vers la conception de politiques démographiques et sociales globales et délibérées visant à assurer la prospérité et le bien-être de tout”, explique-il.

Le ministre a indiqué que l’Algérie a toujours privilégié cette approche dans le traitement des questions démographiques, car la limitation de la croissance démographique n’a jamais été une fin en soi.

Le ministre a rappelé les efforts fournis par l’Algérie et les différentes approches adoptées concernant la gestion de la croissance démographique. Ainsi , lors de la Conférence mondiale sur la population qui s’est tenue à Bucarest en 1974, l’Algérie a déclaré qu’elle accordait la priorité au développement. Ainsi, la Charte nationale, promulguée par l’ordonnance n° 76-57 du 5 juillet 1976, a affirmé que l’Algérie a choisi de résoudre positivement le problème de la démographie en transformant l’impact de la démographie en facteur de développement de l’économie. Le Programme national de maîtrise de la croissance démographique, approuvé en 1983, a identifié parmi ses trois axes prioritaires d’intervention « l’organisation d’activités d’études et de recherches fondamentales et appliquées sur les déterminants de la croissance démographique et leurs relations avec le développement économique et social, dans le but d’identifier et de mettre en œuvre des politiques de population intégrées dans le plan national. » pour le développement ». En 2001, la Politique Nationale de Population adoptée en Conseil des Ministres, après un recul notable au cours des années 1990, a mis l’accent sur l’approche quantitative basée sur le développement du citoyen et de la famille pour parvenir à une harmonie entre la croissance démographique, la croissance économique et l’environnement, en prenant en compte des changements qui caractérisent les stratégies familiales.

Professeur Benbouzid a souligné que “ces choix, accompagnés d’investissements soutenus par une législation appropriée, ont permis des avancées significatives dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’amélioration des conditions de vie de la population” .

Le ministre de la santé a relevé le fait que la mortalité infantile et maternelle a diminué de manière significative et l’espérance de vie des hommes et des femmes algériens a augmenté. “ Le taux de mortalité infantile est actuellement estimé à 18,9 décès d’enfants de moins d’un an pour 1 000 naissances vivantes et le taux de mortalité maternelle est de 48,5 décès pour 100 000 naissances vivantes. Quant à l’espérance de vie moyenne à la naissance, qui est un indicateur qui reflète l’état de santé de la population, elle est de plus de 77 ans tant pour les femmes que pour les hommes”, précise-t-il.

“ Des investissements importants dans le domaine de la santé se poursuivent, avec la consolidation des principes de base qui garantissent l’accès, l’équité et la contiguïté à des soins de santé de qualité, avec une attention particulière pour les femmes en âge de procréer, les enfants, les personnes handicapées et les personnes âgées ”, dit le ministre .

Le professeur Benbouzid avoue que malgré les progrès réalisés, des efforts supplémentaires restent nécessaires pour combler le déficit dans tous les domaines et pour favoriser l’intégration des objectifs démographiques dans les différents programmes de développement économique, social et environnemental.

“ Ce bref rappel historique nous montre à quel point nos choix politiques et notre approche stratégique intègrent cette nouvelle approche de la résilience démographique et nous fondent dans nos actions actuelles et futures” .

“ Dans la continuité de ces efforts, et afin de mieux anticiper et planifier les changements démographiques, et d’investir ce que les tendances et les changements démographiques nous offrent pour un avenir sain, prospère et durable, il est nécessaire de fournir des services sûrs, fiables, accessibles et adaptatifs bases de données pour piloter les politiques de développement”, recommande Pr Abderrahmane Benbouzid qui précise que l’Algérie dispose actuellement de données et de sources statistiques importantes et diversifiées sur la population qui lui permettent de promouvoir une approche visant la résilience démographique et de suivre sa dynamique démographique.

Les bases de données qui seront disponibles grâce au sixième recensement qui aura lieu cette année en cours, permettront, selon le ministre, de prendre les mesures nécessaires pour combler les carences et remédier au déficit, notamment, pour bénéficier des capacités de chaque citoyen au service du développement de notre pays.

Le ministre a appelé les participants aux travaux de cette journée de créer une discussion large et transparente dans une plus large mesure pour la flexibilité démographique visant à exploiter toutes les opportunités pour un avenir meilleur pour notre peuple et notre pays.

Il a également invité les membres de la Commission nationale de la population à actualiser la Politique nationale de la population à l’horizon 2030 en adoptant l’approche basée sur la résilience démographique et en promouvant davantage la coopération intersectorielle dans la conception et la mise en œuvre des programmes et activités dans le domaine de la population et du développement.

Meriem Azoune

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accept Read More