Moustique tigre : Les explications du ministère de la santé

Suite à l’apparition du moustique tigre dans plusieurs régions du monde dont l’Algérie, le Ministère de la Santé a informé, ce lundi 18 juillet, la population d’avoir mis en place un système de surveillance et de contrôle des rétrovirus (arboviroses) transmis par Aedes albopectus,appelé communément le moustique tigre.

La présence de ce moustique en abondance ne signifie pas que les maladies qui peuvent le véhiculer apparaîtront automatiquement, d’autant plus que la dengue, le chikungunya et le Zika ne sont pas présents dans notre pays. Il n’y a donc, à ce stade, aucune raison objective de parler d’état d’alerte, rassure le ministère dans son communiqué.

La réglementation fixée par le ministère de la Santé est valable du 1er mai au 30 novembre. Il comprend des mesures de contrôle et de prévention de l’émergence de cas originaux grâce à la détection précoce des cas importés, la surveillance du développement des moustiques invasifs, ainsi que la mise en œuvre rapide et coordonnée de mesures de protection des personnes et de contrôle des vecteurs de maladies.

Le département de Benbouzid explique que ce système mis en place est divisé en plusieurs axes :

Surveillance des insectes : vise à détecter et surveiller la présence de moustiques afin de retarder leur propagation géographique et de réduire leur nombre.

Surveillance épidémiologique pour la détection précoce et la notification immédiate des cas suspects importés et de tous les cas confirmés par le laboratoire ;

La lutte antivectorielle comprend :
contrôle des moustiques;

Le ministère de la santé souligne que chacun peut participer à la lutte contre la propagation des moustiques et l’introduction de virus en modifiant son comportement et en adoptant des gestes simples comme : éliminer l’eau stagnante autour de la maison qui favorise la reproduction des moustiques (dans les pots de fleurs, les vases, les gouttières, les pneus, les ustensiles usagés , etc.). );

Les mesures habituelles de protection contre les moustiques pendant et après le retour d’un voyage dans une zone exposée à ce type de risque sont indexées par l’autorité sanitaire qui rappelle les que l’on doit consulter un médecin s’il y a des signes d’infection;

Le communiqué met en relief le renforcement de la coopération intersectorielle à travers la mise en œuvre de l’instruction interministérielle n°15 du 18 novembre 2015 relative au renforcement de la lutte contre les vecteurs de maladies.

Le ministère de la Santé continuera de suivre de près l’évolution de la situation épidémiologique dans le monde, tout en continuant à prendre d’autres mesures si nécessaire, conclut le communiqué.

Rappelons que le moustique tigre, également appelé Aedes albopectus, trouve ses origines dans les forêts tropicales d’Asie du Sud-Est. Il a progressivement pénétré les cinq continents au cours des trente dernières années.

Il a été découvert pour la première fois en Algérie en 2010, et depuis lors, il s’est répandu dans de nombreuses communautés et municipalités du nord du pays.

Le moustique tigre s’est adapté au milieu humain, il vit dans les eaux stagnantes et préfère les milieux urbains et semi-urbains. Cet insecte pique le jour, surtout à l’aube et au crépuscule, et le plus souvent à l’extérieur des habitations. Cet insecte est très agressif envers les humains et est actif entre les mois de mai et novembre. Ils peuvent également transmettre des virus pathogènes, tels que la dengue, le chikungunya ou le Zika.

Ali Djaber

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accept Read More