Réapparition du choléra en Algérie : Le système de prévention à l’arrêt

117

Le président du Conseil national de l’Ordre des médecins, le Dr Mohamed Bekkat Berkani, a indiqué aujourd’hui mercredi que la réapparition de l’épidémie du choléra est un signal qui renseigne que notre système de prévention est à l’arrêt. Le Dr Berkani a imputé cet état de fait à un environnement « qui s’est passablement dégradé ».

S’exprimant aujourd’hui mercredi durant l’émission L’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, le Dr Berkani a qualifié cette affection de « maladie des mains sales », et d’« une maladie moyenâgeuse oubliée par les praticiens », résultant, dit-il d’une « absence de prévention » de la part des autorités sanitaires.

En plus des comportements inciviques de citoyens, il pointe du doigt les autorités locales et les bureaux d’hygiène en particulier « qui ne maitrisent ni  ne contrôlent suffisamment leur environnement ».

Celui-ci tient par ailleurs à relever tout en le regrettant « l’oubli » de création d’une Agence de veille sanitaire dans la loi sanitaire adoptée récemment. Une telle structure est importante indique-t-il, pour déterminer la notion de risque en étudiant et en anticipant toutes les situations de propagation des maladies épidémiques et décider des conduites à tenir lors de leur éventuelle apparition.

Pour le Dr Bekkat Berkani, la prévention devrait être une seconde nature chez les citoyens, tout comme la propreté de l’environnement. A ce propos justement, il relève « l’état de saleté dans lequel se débattent nos villes et jusqu’à nos campagnes ».

En plus du choléra, « une maladie de pays en guerre », il relève, d’autre part, la réapparition, en Algérie, d’autres pathologies à l’exemple de la rougeole mais aussi de la rubéole, laquelle, ajoute-t-il, « cause des dégâts chez les femmes enceintes ».

Revenant à l’épidémie de choléra, il estime qu’elle est un indicateur, un « signal d’alarme » alertant que « notre système de prévention est à l’arrêt », d’où la nécessité de réagir.

En plus de la mise en branle d’un système de veille sanitaire, le président du Conseil national de l’Ordre des médecins appelle à décentraliser les moyens de prévention et de lutte, à travers la création d’agences régionale de santé.

Tinhinane B.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More