Sommes-nous proches d’un vaccin contre le cancer ?

Sera-t-il bientôt possible de guérir le cancer grâce à un vaccin ? En tout cas l’espoir est permis. Ce mercredi 4 janvier, Une étude publiée dans Science Translational Medicine dévoile une nouvelle approche de thérapie cellulaire développée par le laboratoire du Professeur Khalid Shah au Brigham and Women’s Hospital, aux États-Unis.

La revue scientifique rapporte que le vaccin en question a été testé sur des souris atteintes de glioblastome, une forme de cancer du cerveau, et donne des résultats prometteurs.

« Notre équipe a poursuivi une idée simple : prendre des cellules cancéreuses et les transformer en tueurs de cancer et en vaccins », explique Khalid Shah au site Eurekalert, un service d’actualités scientifiques en ligne présentant des informations sur la santé, la médecine, la science et la technologie provenant d’institutions de recherche et d’universités de premier plan.

« Il faut savoir que les cellules tumorales vivantes sont comme des pigeons voyageurs. Elles ont la particularité de parcourir de longues distances à travers le cerveau mais finissent par retourner à leur foyer d’origine avec les autres cellules tumorales», dit encore le scientifique.

L’équipe de scientifiques a donc extrait des cellules tumorales vivantes, les ont remaniées à l’aide de l’outil d’édition de gènes CRISPR-Cas9 et les ont réutilisées pour libérer un agent tueur de cellules tumorales. Ainsi, lorsqu’elles reviennent à leur foyer d’origine, elles tuent les autres cellules cancéreuses. L’équipe de Shah a également prévu une sorte d’« interrupteur de sécurité », qui, lorsqu’il est activé, permet à la cellule tueuse de s’autodétruire.

Plus pointus dans leur approche, les chercheurs du Brigham and Women’s Hospital , et afin de prévenir d’un éventuel retour du cancer, ont ajouté une caractéristique aux cellules tumorales modifiées afin qu’elles puissent être facilement repérables par le système immunitaire qui les mémorise. En cas de retour du cancer, les cellules immunitaires peuvent ainsi retourner rapidement sur les lieux où se développent les cellules cancéreuses afin de les combattre. Agissant ainsi,  le traitement, conçu pour guérir,  permettrait ainsi de prévenir.

Mais gardons patience ! le vaccin prometteur n’est pas pour demain la veille.  L’équipe de scientifiques a expérimenté cette technique sur des souris porteuses d’un cancer du cerveau. Les résultats sont prometteurs, elles restent au stade d’essai sur les animaux, on est encore loin de l’essai clinique sur les humains.

Synthèse Nouhad Ourebzani

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accept Read More