Endométriose : Détecter la maladie grâce à un test salivaire

Touchant environ 190 millions de femmes au niveau mondial, l’endométriose est une maladie qui a longtemps été sous-estimée. Bien qu’elle soit aujourd’hui plus reconnue, elle demeure sous-diagnostiquée.

Les symptômes de cette maladie douloureuse tant au plan physique que moral, sont tellement disparates que les médecins ont bien souvent du mal à poser le bon diagnostic et parfois, l’errance diagnostique peut durer plusieurs années (en moyenne 8 ans).

La start-up française Ziwig vient d’accomplir une « avancée majeure pour la santé des femmes » avec la mise au point d’« un test diagnostique basé sur le séquençage des microARN présents dans la salive ». Baptisé ENDOTEST « ce test salivaire simple et non invasif est validé par le plus large essai clinique jamais réalisé dans ce domaine. Il permet la détection précoce de toutes les formes d’endométriose, même les plus complexes, avec une fiabilité proche de 100% », fait savoir Ziwig dans un communiqué de presse.

Déjà testé sur 200 femmes dans différents hôpitaux publics français, ce test fait l’objet d’une nouvelle étude incluant 1000 femmes, à travers cinq centres français référents. Cette étude « devrait permettre de nouveaux développements, notamment chez les patientes souffrant d’endométriose qui présentent une infertilité », lit-on encore.

A noter que ce test est facile d’utilisation et les femmes peuvent réaliser le prélèvement salivaire seules à la maison au moyen d’un kit d’auto-prélèvement qui est ensuite renvoyé au laboratoire. Un diagnostic proche de 100 % est posé au bout de quelques jours.

Synthèse : Hassina Amrouni

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :