Le Dr Nadir et les derniers chiffres du cancer en Algérie

Prévalence du cancer colorectal chez les femmes et les hommes

Dans son rapport sur les résultats pour l’année 2019, le Registre national du cancer fait état d’une augmentation du nombre de nouveaux cas de cancers, passant de 44000 en 2018 à 47000 en 2019. C’est ce qu’a fait savoir le Dr Djamila Nadir, sous-directrice chargée des maladies non transmissibles au Ministère de la Santé.
Approchée par Esseha.dz, en marge de la rencontre nationale du Réseau des registres du cancer 2022 qui s’est tenue ce mercredi à Alger, le Dr Nadir a expliqué que l’objectif de cette rencontre est d’avoir « une situation des cancers en Algérie qui permettra d’identifier les priorités par rapport aux stratégies à mettre en place pour lutter contre le cancer ».
Relevant la linéarité des chiffres au niveau de toutes les régions, la responsable au niveau du Ministère de la Santé a indiqué que « le cancer du sein est le plus prévalant chez la femme et ce, à travers toutes les régions du pays où il représente 67% de l’ensemble des cancers chez la femme. Il est suivi, chez la même frange de la population par le cancer du colorectum, qui prend de l’ampleur car en relation directe avec le mode de vie de la population. En 3e position, arrive le cancer de la thyroïde qui tend à s’étendre et qu’il faut prendre comme priorité nationale, suivi du cancer du col de l’utérus».
Chez les hommes, deux cancers culminent à la première place, il s’agit du cancer du poumon et du cancer colorectal. « Le cancer colorectal est à ce titre le plus prévalant en Algérie puisqu’il arrive en 1ère et 2ème position respectivement chez l’homme et la femme ».
Pour le Dr Nadir, il est impératif de mettre en place une « stratégie de prévention et de promotion de l’alimentation saine puisque toutes les études montrent qu’il a une relation étroite avec le mode alimentaire ». Elle pointera également du doigt « l’obésité qui se répand en Algérie » et la sédentarité qui sont autant « de facteurs qui permettent l’apparition de ce cancer ».
Selon la spécialiste, c’est une stratégie qui est « à notre portée, moyennant l’engagement de tous et la mobilisation individuelle et collective pour ce qui est des régimes alimentaires qu’il faut suivre ».
Enfin, relevant l’importance du dépistage précoce, le Dr Nadir encourage la population à se faire dépister car, c’est selon elle, « le moyen d’arriver à une guérison », avant de conclure qu’« aujourd’hui, on parle de cancers guérissables qui passent au statut de maladies chroniques parce qu’il y a vraiment une stratégie de dépistage et une prise en charge précoce ».
Hassina Amrouni

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :