Selon le dernier Global nutrition report : « 2,2 milliards de personnes sont en surpoids ou obèses »

Dans son rapport annuel publié hier, mardi 23 novembre 2021, le Global nutrition report (GNR) fait savoir que « 48% des humains mangent actuellement trop ou trop peu ».

Se basant sur des données fournies par l’ONU, la FAO, l’OMS ou encore l’Unicef, ce rapport précise que si la situation actuelle perdure « le monde n’atteindra pas huit des neuf objectifs nutritionnels fixés par l’Organisation mondiale de la santé pour 2025 », dont notamment la réduction de « l’émaciation des enfants (lorsqu’ils sont trop minces pour leur taille) et les retards de croissance (lorsqu’ils sont trop petits pour leur âge), ainsi que l’obésité des adultes ».

Etayé par des chiffres, le rapport estime qu’environ 150 millions d’enfants âgés de moins de cinq ans souffrent d’un retard de croissance, plus de 45 millions sont émaciés et près de 40 millions sont en surpoids.

De plus, quelques 40% des hommes et femmes (soit 2,2 milliards de personnes) sont en surpoids ou obèses. Selon Renata Micha, présidente du groupe d’experts indépendants du GNR « les décès évitables, dus à une mauvaise alimentation, ont augmenté de 15% depuis 2010 et représentent aujourd’hui un quart de tous les décès d’adultes ».

Elle indique, par ailleurs, que « les résultats mondiaux montrent que notre alimentation ne s’est pas améliorée au cours des dix dernières années et constitue désormais une menace majeure pour la santé des gens et pour la planète ».

D’après le GNR, les pays à faible revenu consomment des quantités de fruits et légumes insuffisantes pour le maintien d’une bonne santé.

De leur côté, les pays à revenu plus élevé consomment plus de viandes rouges, de produits laitiers et boissons sucrées, très nocifs pour la santé.

Enfin, et concernant l’impact négatif de la pandémie de la Covid-19 sur les systèmes alimentaires et la santé, le GNR ajoute que depuis l’apparition du virus, environ 155 millions de personnes supplémentaires ont sombré dans « l’extrême pauvreté ».

Hassina A.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accept Read More