Covid-19 : Négligence et relâchement alors que la 4ème vague est à nos portes

Il n’est pas inutile de revenir sur le port du masque, cet équipement qui, combiné à d’autres mesures de sécurité, protège de la contamination par le Covid-19. Il faut se dire que nous n’en avons pas fini, tant que la pandémie ne s’est pas retirée.

Ce qui nous a incité à en parler encore, c’est en raison du constat que cet élément de protection est très peu porté – la panique qui s’est emparé de la population l’été dernier ayant disparu – et aussi en raison de deux situations auxquelles nous avons assisté hier.

« Nous sommes connus pour fourrer notre nez partout sauf dans la bavette », a lancé, pour rire, un client en direction d’un employé dans une boutique de fruits et légumes. Ce dernier n’en portait pas alors qu’il a pour habitude d’interpeller les personnes “défaillantes” à chaque fois qu’il y a progression des cas.

L’inverse s’est produit dans une supérette, un client s’y étant introduit en trompant la vigilance d’un agent. La situation a failli dégénérer, le client n’ayant voulu ni porter un masque ni quitter les lieux, ce qui a poussé le propriétaire à le menacer d’appeler la police.

Ajoutons à cela cette propension à placer le masque sur la bouche en laissant le nez à découvert, ou en omettant de bien l’ajuster pour barrer la route au virus.

Ceci nous amène à dire qu’on fait preuve de négligence et de relâchement dès qu’on pense que le danger s’est éloigné, en oubliant toutefois qu’il n’est pas totalement écarté.

La quatrième vague n’est pas loin alors que nombre de pays sont confrontés à une recrudescence des cas de Covid-19.
Rachida Merkouche

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accept Read More