Une étude publiée récemment le confirme : Les appareils auditifs protègent contre la démence

Les personnes âgées ayant des problèmes d’audition qui portent des prothèses auditives ont un risque moins élevé de développer des démences.  Une étude menée par des chercheurs de l’Université Johns Hopkins aux États-Unis et publiée le 10 janvier 2023 dans le journal de l’Association américaine de médecine (JAMA) confirme cette hypothèse.

Après avoir suivi plus de 2.400 seniors américains, les chercheurs ont conclu que les appareils auditifs diminuent significativement ce risque de démence.

Les chercheurs ont utilisé des données d’une étude de grande envergure sur la santé des personnes âgées aux États-Unis menée auparavant par le « National Health and Aging Trends Study »). Un total de 2.413 seniors ont été inclus, dont la moitié avait 80 ans ou plus. Les participants représentaient la diversité ethnique du pays dans cette tranche d’âge et la parité de genre (55% de femmes). Environ 10% de cette cohorte présentait une forme de démence.

Mais le risque de ces maladies augmentait en fonction de la perte auditive du participant (calculée en faisant la moyenne des capacités auditives pour les 4 fréquences les plus importantes pour entendre la parole : 500, 1000, 2000, et  4000 Hz). Ainsi, seulement 6% des personnes présentant une audition normale (pouvant entendre à moins de 25 décibels dans ces fréquences) avaient une démence, contre 9% parmi celles souffrant d’une perte auditive légère (moins de 40 décibels) et 16% parmi celles atteintes de problèmes auditifs plus sévères (qui n’entendent pas à des volumes inférieurs à 40 décibels). Ce risque accru affectait la majorité de la cohorte, puisque deux tiers des participants présentaient une perte d’audition (37% légère et 30% modérée ou sévère).

Le risque de développer une démence était donc bien plus élevé chez les personnes souffrant d’une mauvaise audition. Mais dans ce groupe (853 personnes), celles qui portaient un dispositif pour améliorer l’audition (414 d’entre eux) présentaient un risque de démence significativement plus bas (32% en moins). « Cette étude confirme le lien entre perte d’audition et démence, et souligne l’importance de renforcer les actions de santé publique pour améliorer l’accès aux soins de l’audition », conclut dans un communiqué, l’auteure principale de l’étude, Alison Huang, experte en épidémiologie du vieillissement au Centre Cochlear pour l’audition et la santé publique à l’Université Johns Hopkins.

Synthèse : Nora S.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accept Read More